Extension de nom de domaine .ess

Extension de nom de domaine internet : .ess

 

Mobilisation pour la création d’une extension de nom de domaine internet .ess.

La libéralisation des extensions de noms de domaine le permet et je pense que cela peut-être un premier projet porté par la Chambre Française de l’ESS.

Le but est de donner un moyen supplémentaire pour faire connaitre et reconnaitre l’économie sociale et solidaire.

 

Les réponses obtenues

Martine Pinville, Secrétaire d’État chargée du Commerce, de l’Artisanat, de la Communication et de l’Économie Sociale et Solidaire.

« La Ministre a pris bonne note des éléments que vous lui avez communiqués et a aussitôt demandé aux services compétents de son département ministériel de faire le point sur cette proposition. Vous serz tenu informé de la suite qui pourra lui être réservée dans les meilleurs délais ».

 

Julien Loïs, directeur de la CRESS Rhône-Alpes

« C'est effectivement intéressant.

Je pense que c'est une idée que nous pouvons faire remonter à la nouvelle chambre française de l'ESS ou au Conseil National des CRESS. Il me semble très compliqué de ne le faire qu'entre seuls rhônalpins.

Je fais un point interne au réseau :

Le CNCRES travaille actuellement sur la répartition des rôles en matière de promotion de l'ESS avec la CFESS.

Il est convenu que la communication "nationale" de l'ESS soit portée par la Chambre Française. Ce type d'initiative relèverait donc bien d'elle ».

 

Cyril Kretzschmar : est un spécialiste des politiques de lutte contre les discriminations, contre l’exclusion et la pauvreté, et de développement de l’emploi et de l’économie sociale. Conseiller régional en Rhône-Alpes, vice-président nouvelle économie, des nouveaux emplois, de l’artisanat, de l’économie sociale et solidaire. http://cyrilkretzschmar.eelv.fr/

« Bonne idée, à voir sur le plan national »

 

Enseignants, chercheurs et experts :

 

Jean-François Draperi : Ancien élève et collaborateur d’Henri Desroche au Collège coopératif (Paris) et à l’Université coopérative internationale de 1974 à 1994, docteur en géographie (Université de Paris I Panthéon Sorbonne). Il est directeur du Centre d’économie sociale au Conservatoire national des arts et métiers (CESTES/Cnam) et rédacteur en chef de la Revue internationale de l’économie sociale (Recma). Ses travaux portes sur le mouvement coopératif et l’économie sociale et solidaire.

« Je soutien cette proposition et les démarches faites pour mobiliser les instances de l’ESS ».

 

Michel Abhervé : Professeur associé à l’université de Paris Est Marne la Vallée, il y enseigne l’économie sociale et les politiques publiques dans une licence professionnelle « Management des organisations de l’économie sociale ». Il intervient également dans le Master rénové MIESS «Management de l’Insertion dans l’Economie Sociale et Solidaire » et contribue à l’animation du site qui sert à la fois de valorisation des travaux des étudiants et de ressources pour l’économie sociale. http://blog.educpros.fr/michelabherve

« Je ne partage pas complétement votre avis sur la reconnaissance de l'ESS En Belgique ou au Québec on parle d'ES, en Equateur d'EPS !

S’agit-il selon vous d'une reconnaissance française, francophone, internationale ?

Pour la France c'est la Chambre Français de l'ESS qui doit être interpellée

Bonne poursuite ».

 

Thierry Jeantet,  Directeur général du groupement européen d'intérêt économique et de la holding EURESA. Il est aussi président des Rencontres du Mont-Blanc1, l’association du forum international de dirigeants de l’économie sociale. http://www.thierryjeantet.coop/

« Cette initiative mérite, en effet d'être soutenue.

Je me demande s'il ne faut pas effectuer une alliance avec .coop et donc la Scop OUVATON ??

Attention aux problèmes de serveurs:

Apple signale de très gros problèmes de cohérences pour les nouveaux serveurs qui ont du mal à gérer les adresses mails sur les Smartphones ce qui décrédibilise totalement certains d'entre eux »

 

Patrick Viveret, est un philosophe1 et essayiste altermondialiste, ancien conseiller référendaire à la Cour des Comptes, https://fr.wikipedia.org/wiki/Patrick_Viveret

« Ok pour un soutien symbolique même si l'Ess est encore loin d'être dans une logique de mouvement transformatrice. Mais Le mieux serait que tu en parles avec le labo de l'Ess et de grandes institutions de l'Ess car il faut trouver des moyens financiers pour un tel projet ».

 

Danièle Demoustier économiste à l’Institut d’Études Politiques de Grenoble en France. Elle est membre de l’équipe de Socio-Économie Associative et Coopérative et membre de l’équipe européenne du réseau Création de richesses en contexte de précarité (CRCP)

« Tout à fait d'accord pour faire figurer mon nom; je te fais un avis plus circonstancié (question visibilité, identité...) dès que possible ».

 

Yann Regnard, Maître de Conférences en Sciences de Gestion, Responsable du Master 2, Management des Entreprises Mutualistes et Coopératives, Université de Bretagne Occidentale, Institut d’Administration des Entreprises, Laboratoire ICI – EA2652

« L'ESS souffre d'un déficit de notoriété. Tout ce qui peut améliorer la connaissance du grand public sur ce sujet est le bienvenu. Utiliser Internet (dont le domaine .ess) y contribue.

Toutefois, il faut rester lucide sur l'impact limité de la démarche. Par exemple, les coopératives ont aussi leur nom de domaine (.coop) mais ne sont pas forcément connues du grand public.

À mon sens, c'est en croisant plusieurs vecteurs que cette connaissance s'améliorera : internet oui, mais aussi les médias (qui en parlent peu), le système éducatif (le sujet est peu étudié même si les formations sur le sujet se sont développées), les entreprises elles-mêmes (qui n'utilisent pas vraiment les termes "coopératives" ou "économie sociale" dans leurs publicités). »

 

Amélie Artis, Maître de conférences en Économie, Responsable de la Spécialité "Développement et Expertise de l’Économie sociale", Master PPCS, Sciences Po Grenoble, PACTE Cnrs

« L'idée d'un nom de domaine est à la fois marqueur d'une spécificité de l'ess et d'une modernité par la prise en main des technologies numériques cela fait écho à l'idée d'empreinte de l'ess. Pour sa réalisation, peut être que ce projet peut être porté par une structure coopérative ou associative déjà existante qui fait le lien entre ESS et numérique. »

 

Eric Bidet, Maître de Conférences en Sciences de Gestion à l'Université du Mans.

« Pour ma part, je trouve votre initiative intéressante et je la soutiens bien évidemment. Le succès très relatif du domaine .coop, qui a pourtant une portée globale que n'a pas le .ess essentiellement limité à la francophonie, interroge néanmoins quant à l'engouement que rencontrerait le .ess... Sur la question du financement, il me semble qu'il y a sûrement davantage de moyens dans les mouvements eux-mêmes (dans certains mouvements en particulier) que dans les CRESS.

En vous souhaitant pleine réussite dans votre entreprise. »


Vannina Bernard-Leoni, Direttrice Fundazione di l’Università di Corsica Università di Corsica Pasquale Paoli Palazzu Naziunale - BP 52 - 20250 Corte

« Merci de votre message et bravo pour votre initiative. Je ne suis pas vraiment chercheur sur le sujet, mais je diffuse de ce pas à mes contacts intéressés par l'ESS. »

 

Philippe Naszàlyi, directeur de la Revue des Sciences de Gestion

« Cela me parait une bonne idée. »

 

Les parlementaires :

Benoit Hamon Député des Yvelines, Membre de la Commission des Affaires étrangères

« Benoît Hamon a bien reçu votre message et vous en remercie. Il aura l’occasion de discuter de cette proposition avec Madame Pinville.  

Nous vous tiendrons informé des suites de cette proposition ».

 

Pascal Terrasse-Député de l’Ardèche

« C'est avec le plus vif intérêt et le plus grand soin qu'il a pris connaissance de votre correspondance.

Aussi, sensible au soutien de l'économie sociale et solidaire dans son département et dans toute la France, sachez que le Député de l'Ardèche salue cette initiative ».

 

Paul Molac-Député du Morbihan

« Apporte son entier soutien dans votre entreprise qui permettrait une visibilité accrue sur le net de l’ensemble des acteurs de l’ESS. Vous pouvez donc le compter dans vos soutiens officiels ».

 

Jean-Luc Bleunven : Député du Finistère.

« A  interrogé le gouvernement par une question écrite que vous trouverez en pièce jointe.

Nous ne manquerons pas de vous informer de la réponse qui sera apportée à cette QE ».

Question publiée au JO le : 22/09/2015

« M. Jean-Luc Bleunven attire l'attention de Mme la secrétaire d'État, auprès du ministre de l'économie, de l'industrie et du numérique, chargée du commerce, de l'artisanat, de la consommation et de l'économie sociale et solidaire sur les moyens de promotion de l'économie sociale et solidaire par le numérique. Dans le sillage de la loi relative à l'ESS, ce secteur d'activité sollicite la création de l'extension de nom de domaine « .ess ». L'autorité qui gère la régulation de ce type de noms de domaine, l'ICANN, autorise le droit de création des nouveaux domaines de premier niveau, récemment a ainsi été créé le « .bzh » pour la Bretagne. Aussi, il lui demande dans quelle mesure le secrétariat d'État pourrait être à l'initiative de cette création de domaine de premier niveau pour l'ESS ».

Réponse à la question du député Jean-Luc Bleunven

« L'ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), société privée de droit californien à but non lucratif, désignée par le gouvernement américain pour gérer les ressources critiques de l'internet (noms de domaines et adresses internet), a autorisé la création de nouveaux domaines internet génériques (comme les « .com », « .paris », « .bzh »…) de premier niveau dans le cadre d'un programme lancé en 2012 et aujourd'hui clos. La création d'un nouveau domaine internet « .ess » destiné à la promotion de l'économie sociale et solidaire ne pourra se faire que dans le cadre d'un prochain programme d'ouverture. L'ICANN a prévu de lancer ce prochain programme après une série d'audits du précédent. Ces audits étant encore en cours, il est donc encore trop tôt pour envisager la préparation d'une candidature d'un « .ess ». La communauté internet mondiale a de surcroît engagé depuis plus d'un an une réflexion sur l'évolution de la gouvernance de l'ICANN, avec pour objectif d'améliorer la recevabilité et la transparence de l'organisation et plus particulièrement celles de son conseil d'administration. Ces réflexions et la mise en œuvre de cette réforme devraient se poursuivre en 2016, repoussant d'autant le lancement du prochain programme de création de nouveaux domaines internet génériques ».

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau