Sac de billes

JOFFO, Joseph

Un sac de billes

La première édition date d’octobre 1973

Dans l’édition de juin 1992, Joseph JOFFO a rajouté un chapitre : Dialogue avec mes lecteurs.

Éditeur : Jean-Claude Lattès

416 pages

 

Dans ce roman, Joseph Joffo raconte son histoire : jeune enfant juif  de 10 ans en 1941.

Quand ses parents, coiffeurs à Paris, comprennent le danger que courent les juifs de France le jour où l’étoile « juif » est obligatoirement cousue sur les vêtements, ils décident d’envoyer les deux jeunes, Joseph (10 ans) et Maurice (12 ans) en zone « libre ». Ainsi, ils ont pu rejoindre leurs deux grands frères à Menton (à la frontière avec l’Italie).

Au bout de quelques mois, toute la famille est réunie à Nice. Tout ce passe à peu près bien sous occupation de l’armée italienne (qui occupe le sud de la France depuis le 11 novembre 1942) et qui protège les juifs.

Après l’armistice signé entre l’Italie et les alliés le 3 septembre 1943, les Allemands administrent toute la zone.

Il faut encore se cacher.

Les deux grands partent pour la Savoie, et pour Joseph et Maurice, le père Joffo a pris contact avec les Compagnons de France à Golfe-Juan, près de Nice :

« Moisson Nouvelle ».

C’est une grande pancarte plaquée qui surmonte la grille. De chaque côté de la pancarte sont attachées deux francisques peintes en tricolore.

Derrière la grille, il y a des adolescents en shorts bleus, chemisettes et bérets. Ils charrient des sacs de toile pleins d’eau, coupent du bois, tout cela fait boy-scout. C’est un genre qui ne m’a jamais beaucoup séduit ».

C’est ainsi que les deux jeunes enfants, bien que trop jeunes pour faire partie des Compagnons de France, trouvent refuge. Ils reçoivent la tenue réglementaire.

Dans ce camp, il y a des Belges, des Hollandais, et beaucoup de juifs.

Lors d’une escape à Nice, les deux frères se font arrêter par la Gestapo. Le directeur du camp décide de faire partir tous les juifs du camp quelques jours avant l’encerclement de celui-ci par la police.

Joseph et Maurice s’en tirent bien et sont de retour au camp. Une nuit, le directeur les réveille car il a appris l’arrestation du père Joffo, il les envoie rejoindre leur sœur à Montauban.

 

Dans l’édition de 1992 et le chapitre ajouté « Dialogue avec mes lecteurs », Joseph Joffo tente de répondre à la question : faut-il craindre une résurgence de l’antisémitisme en France aujourd’hui ?

« Si aujourd’hui la France devait à nouveau traverser une grave crise économique, avec cinq ou six millions de chômeurs, cela ferait, je crois, le jeu de ceux qui prêchent la xénophobie, le racisme, et bien sûr l’antisémitisme ».

Nous sommes en 2015 !

Pour les besoins du tournage de l'adaptation du "Sac de billes" de Joseph Joffo, un drapeau nazi a recouvert la façade de la préfecture de Nice... suite

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau