Les drômois et leur département, 1790-1990

Alain SAUGER

 

SAUGER, Alain

Les drômois et leur département, 1790-1990

Éditions La MIRANDOLE

Novembre 1995

 

Il y a un peu plus de deux siècles, naissait la Drôme.

À partir de cette décision, l’auteur essaye de comprendre comment c’est forgé une identité drômoise.

Et pendant ces deux siècle d’histoire drômoise, Boimondau à sa place.

 

Boimondau : Extrait

Mais les années d'après-guerre sont aussi un temps de bouillonnement, un temps où un monde nouveau paraît possible. À Valence, on essaie de faire passer ces espoirs à la réalité.

Chassé de Besançon par l'occupation allemande, Marcel Barbu, à la suite de Fred Lip, avait transféré à Valence, en 1940, son entreprise de fabrication de boîtiers de montres. La petite usine se développe et, selon les idées de son responsable, ne limite pas ses activités à la simple production industrielle. On fait bloc pour ne pas partir en Allemagne au titre de la Relève. Une partie des ouvriers prend le maquis en 1943 à Mourras dans la région de Combovin.

Barbu, une première fois arrêté puis relâché, est à nouveau interné en 1944 à Buchenwald. A la libération, l'entreprise, avec Marcel Mermoz, reprend une vie plus normale, mais décide de mettre en pratique de nouvelles formes de travail associant tous les ouvriers aux décisions, répartissant également tous les fruits du travail, faisant participer toutes les familles à la vie de l'usine. Quelques articles de l'acte de fondation de la Communauté Boimondau (Boîtiers de Montres du Dauphiné) nous montrent l'originalité de cette expérience d'autogestion avant la lettre.

« Art. 11. - La communauté de travail Marcel Barbu est composée de membres nommés « Compagnons et Campagnes ».

Art. 12. - Tous les Compagnons ou Campagnes jouissent du droit de vote et réunis (ou représentés en cas d’empêchement) constituent I 'Assemblée Générale.

Art. 13. – C’est l 'Assemblée Générale unanime qui, en raison de ce consentement unanime, détient la plus haute autorité et la totalité des pouvoirs dans la Communauté.

Art. 23. - La Communauté  Marcel Barbu donne au mot "travail" un sens très large. Ce mot couvre toutes les activités humaines. C’est en raison de cette définition que la Communauté partage le produit de son travail entre tous les membres des foyers qui la composent- époux, épouse, enfants.

A17. 26. - Chaque Compagnon s'engage à cultiver son esprit, son intelligence et son corps

La Communauté en contrepartie s'engage à assurer à chacun tous les moyens de se cultiver dans le sens de sa vocation.

Art. 27. - Tous les Compagnons s'engagent à réformer leur vie privée, leur vie familiale et leur vie publique dans le sens de la morale minimum de la Communauté.

Malgré quelques accrochages entre Mermoz et Barbu qui, revenu de déportation, choisit le terrain politique en se faisant élire député sur la liste conduite par Deval, en 1946, la communauté prospère jusque dans les années cinquante, et réussit à surmonter la grave crise économique de 1948. Mais à partir de 1953 l'esprit utopiste de ses débuts s'essouffle. Abandonnant ses idéaux, elle sombre de 1958 à 1964, pour disparaître totalement en 1972.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau