Hier ne finira jamais

Catherine GUIBOURG

GUIBOURG, Catherine

VAYSSETTES-Vergès, Marie-Antoinette

Hier ne finira jamais, résister hier et aujourd’hui

L’Harmattan

Avril 2016

 

4ème de couverture

Marie-Antoinette a été résistante. Durant la Seconde Guerre mondiale, elle distribue à Marseille le journal clandestin Témoignage Chrétien, puis s'engage dans une communauté de Travail, qui cache des résistants et des réfractaires au STO. Elle devient agent de liaison. Ce récit restitue en toile de fond des évènements de l’histoire de la cité phocéenne, encore trop méconnus du grand public, notamment les rafles d'août 1942 en zone libre et la destruction des vieux quartiers qui conduiront à la déportation de 2000 Marseillais. Il remet en lumière le charisme et le courage de plusieurs de ses camarades qui ne sont pas revenus des camps de la mort. À travers le dialogue qui s'instaure entre M et l'auteur, des souvenirs s'égrènent, l’histoire d'une résistance se tisse. Dans ce livre à deux voix, il s'agit d'aller aussi loin que possible dans la compréhension d'une femme résistante, et approcher les mots de résister, résistance, résistant. À travers ce questionnement, le livre tente d'approcher des questions si cruciales aujourd’hui : comment résister et à quoi ?

Marie-Antoinette VAYSSETTES-VERGES est née en 1923 à Marseille.

Ella s’engage de janvier 1942 à août 1944 dans la Résistance. Après la guerre, elle épouse Raymond VAYSSETTES, avec qui elle a deux enfants. Passionnée de littérature, elle devient professeur de français dans un lycée marseillais, avant de se retirer dans un village provençal où elle réside actuellement.

Catherine GUIBOURG est née en l957à Rennes. Ingénieur agronome, elle voyage en Amérique latine, et réside tour à tour en Afrique et en Asie. Elle abandonne son métier il y a une quinzaine d’années pour se consacrer à l’écriture. Ses thèmes de prédilection : l'Europe, les langues, l’histoire, la question de l’autre.

Marie-Antoinette s’engage dans la communauté de travail Marcel Barbu à Combovin en 1944. Catherine GUIBOURG trouve dans les documents mis sur Internet par Michel CHAUDY et principalement dans « vingt et un ans aux maquis Barbu » des éléments manquants au récit de Marie-Antoinette.

Quelques noms de compagnons de Boimondau cités dans l’ouvrage de Catherine GUIBOURG :

BARBU Marcel

BARBU Pierrette

BILLIET Robert

BOUVET Denise et Louis

BROZILLE Robert

BUSSEUIL Ginette

CARUZZO Maurice

CRISTOFOL Solange

COUREAU Gustave

DELOCHE Fernand

DONGUY Jean

DONGUY Simone

GENIN André

GOUDARD Pierre

HERMANN Charles

LADET Jeanne

LADET René

LAUNAY Madeleine

LAURIER Léonce et Louis

LEMERCIER Maurice

NORMAND Georges

MATRAS Georges

MERMOZ Marcel

PRALY M.

RIBY Gaston

SAURON Raoul

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire