Ils ont refusé de subir

René Ladet

LADET, René

ILS ONT REFUSÉ DE SUBIR

La Résistance en Drôme

(Mémoires d’un Corps Franc et d’une Compagnie F.F.I.)

Portes-lès-Valence « ZONE ROUGE » 1942-1944

Autoédition 1987

Réédition 2008, imprimerie Le Crestois

Le lieutenant René Ladet avait fait du Vercors, une base de repli pour ses hommes après les coups de mains. Il faisait des échanges de nourriture avec la Communauté de Travail et c’est grâce à l’intervention de Marcel Mermoz et des compagnons qu’il put être hospitalisé après l’explosion d’un sac de gamons

 

4ème couverture

Ce témoignage sans prétention, est une œuvre personnelle.

J'espère qu'il n'aura pas laissé indifférents ceux qui participèrent à la Résistance ou la vécurent, ceux qui sont intéressés par notre

Histoire.

Je souhaite aussi que les jeunes lisent ce récit-souvenirs, afin qu’ils découvrent et comprennent comment et pourquoi d’autres jeunes sont devenus des Résistants ; pourquoi des femmes et des hommes ont fait le sacrifice de leur vie, pour qu'ils soient aujourd'hui LIBRES.

                                                                                René Ladet

Après sa cessation d'activité en 1978, à l’âge de 56 ans (pour raison de santé), l’idée de mettre par écrit les souvenirs de ses actions pendant la Résistance prit forme dans l'esprit de René Ladet, notre père. Il y fut encouragé par son entourage, conscient, pour en avoir entendu le récit maintes et maintes fois, de la valeur historique d'un tel témoignage.

Le résultat a dépassé nos espérances, car de 1980 à 1987, date de la sortie du livre, il a poursuivi, avec la ténacité et la rigueur qui étaient les siennes, des recherches qui, en 1983, ont abouti à la fondation conjointe avec Michel Planas de la Fédération des Unités Combattantes de la Résistance et des F.F.I. de la Drôme.

Enfin, nous souhaitons que par le biais de ce livre, sa mémoire reste dans les esprits avec autant de fidélité qu'il en manifestait à ses camarades tombés au combat.

                                                                       MNL-B et ML

Amis chercheurs ! Lire la suite ->

TABLE DES MATIÈRES

Préface .......................................................................................5

Introduction ...............................................................................7 

Appel du 18juin 1940 .................................................................9 

Extraits .....................................................................................11 

Quatre exemples pour l’Histoire ..............................................15 

Mon village ..............................................................................18 

Portes-lès- Valence dans la guerre ............................................26 

Mission des cheminots portoís .................................................28 

L’armistice et ses conséquences - Perte de la Liberté ...............31 

La Liberté .................................................................................32 

Premières réactions Les effets de la Révolution Nationale …...32 

Conseil Municipal de Portes-lès- Valence (1935-1941) ...........35 

La Milice ..................................................................................37 

Problèmes des jeunes Portois ...................................................38

Mon séjour dans la Marine - Le Maroc - A bord du Primauguet39

Un embarquement- Toulon - Le sabordage ..............................44 

Les Allemands dans mon village - L’organisation de la Résistance.. 51 

La Résistance - Ses origines - La lutte s’organise à Portes .......53 

Premier sabotage officiel du Groupe 

Une tentative de sabotage inédite ...........................................55

Les actions du Groupe - Mise au point - Action non réalisée ....57 

Le STO. - Réfractaire au STO ..................................................61 

Chauffeur de locomotives ........................................................64 

Premier sabotage par explosifs - Un sabotage psychologique ..65 

Franc-Tireur et Partisan - Enfin deux armes de guerre ..............67 

Un Portois dans la LVF ............................................................70 

Le Groupe va intensifier ses actions 

Les restrictions - Le 1 4 juillet 1943 .........................................71 

Enfin du matériel de sabotage - Essais du plastic et du 808 .......75 

Action au Dépôt des Machines de Portes ..................................78 

Carte N ° 1 Maquis, Groupes Francs, Terrains de parachutages…... 82 

Arrestation de quatre Portois et leur déportation ......................83 

Enfin des crapauds - Instruction - Incident ...............................84 

Le Groupe - Nos contacts - Fonction des Membres du Groupe 87 

Décembre 1943 - Quatre importants sabotages ........................90 

Attaque d’un train de permissionnaires allemands ...................94 

Le Pont au Km 62 7, 700 ........................................................100 

Sabotage et représailles allemandes, autres actions ................103 

Groupe Franc et Compagnie EFI. - Membres de “unité ..........106 

Maurice CATY ......................................................................107 

Résistants Drômois, événements ............................................108 

Miliciens et Gestapo recherchent “JEANNOT” - Mutation Nîmes  109 

Opération locomotives - Train de permissionnaires allemands ….110 

PHOTOS ................................................................................115 

Deux sabotages - Deux rapports de l’époque  .......................116 

1l faut se planquer - L’épisode de Grangeneuve ....................117 

Arrestation - Evasion ..............................................................121 

Le tunnel de Valence ..............................................................122 

Un nouveau Groupe Franc à Portes-lès- Valence ...................125 

Mars 1944, l 'Ardèche 

Le Groupe de Roger MAISONNY arrestations .....................126 

Trois camarades portois tués ..................................................127 

Correctif- Photos - Jean quitte le Groupe ................................129 

Mois d’avril complet pour le Groupe - Marcel RANC ...........134 

Premier bombardement de Portes-lès- Valence et de la Drôme par l’aviation alliée - Action combinée par l'OSS, Service américain ...138 

Le débarquement - 6 juin 1944 - Le Plan Vert, sabotage au Km 620 

Le ravitaillement- Un sabotage et le Groupe prend le maquis .141

Notre Groupe devient Compagnie (Plateau de Combovin) ....149 

État-Major - Nominations - Le 2ème Bataillon Centre-Drôme…...152 

Carte N ° 2 - Dispositif des Compagnies - Organisation .........156 

L’attaque surprise de Combovin - Bilan de l’attaque, nos pertes .. 159 

Témoignages - Photos ............................................................171 

La défense du plateau .............................................................183 

Arrivée d'un renfort ................................................................184 

Décision de l'État-Major - Des réf'lexions ! ...........................187 

Dix gammons explosent - L'hôpital de Die .............................189 

La République au Vercors ......................................................195 

Le 14 juillet à Die - Un parachutage de jour à Vassieux ........ 196 

Un sabotage - Des représailles - 30 otages fusillés à Portes ....198 

Des bavardages dangereux - Le 8 juillet 1944 ........................199 

Die en juillet 1944 ..................................................................202 

L’attaque générale du Vercors - Mission du 3 août 1944 (Vercors)  205 

Carte N ° 3 - Mouvements des Compagnies ...........................208

Die le 21 juillet 1944 - L'évacuation des blessés ....................209 

Saillans - Espenel - Le barrage de Pontaix -Des réflexions .....211 

Extraits du journal de Raymond FOLLET, 

des mémoires de Roger MARTY ...........................................220 

Notre arrivée à Romeyer (les blessés) - De bons français .......228 

Les Allemands et les miliciens à Die ......................................236 

L’infiltration d’un traître dans la Résistance ..........................240 

Le retour - Les mongols ..........................................................242 

Le cas des blessés - Des réflexions .........................................246 

Bombardement de la Trésorerie... Enfin................................. 248 

Nos Sédentaires - Leurs actions - Bombardements alliés .......251 

Photos .................................................................................... 253 

Le débarquement en Provence ...............................................256

Carte N ° 4, dispositif des Compagnies - Guérillas 

De belles actions des FEI. - P.C. du Lt-Colonel LEGRAND .258 

La retraite allemande ..............................................................260 

Mon village libéré ..................................................................261 

Ordre d’attaque de Valence ....................................................264 

Comité de Libération de Portes-lès- Valence .........................270 

Les lendemains de la Libération .............................................272 

Ce qui advint de la 8eme Compagnie .....................................273 

Rapport du Sous-Lieutenant Dominique SANTELL1 alias BRUNO …..275 

Rapport du Sous-Lieutenant Willy CHA VE alias GEORGES …..281 

Fausses cartes d’identité, cartes d’alimentation et certificat ...283 

Département du Gard .............................................................287 

L’attaque de la prison Centrale de Nîmes ...............................290 

Mise au point, des réflexions...................................................294 

La route du Maquis des Bouzèdes est longue..........................296 

Noms des patriotes libérés le 4 février 1944 ...........................300 

D’autres actions dans le Gard .................................................301 

L'Ardèche ...............................................................................305 

Retour définitif à Portes - Voyage à Marseille ........................309 

Le coup du Robinet le 25 février 1944 ....................................311 

Réflexions. ..! .........................................................................313 

30 août 1944 à Portes-lès- Valence - Nos souvenirs ...............318 

Le respect d’un serment ! .......................................................321 

Nos morts ...............................................................................322 

Annexes 

Annexe I - Ils avaient refusé de subir ......................................326

Annexe II - Morts pour la France - Noms des 30 otages fusillés  ….337 

FFI fusillés le 14 août- Victimes civiles de la guerre .............340 

Détails des bombardements alliés ..........................................342 

Détails des bombardements allemands ...................................344 

Annexes III - UN DOCUMENT - biographie des formations 

de la Résistance dans le département de la Drôme ..................345 

Témoignages de nos camarades - Liste ..................................370 

Un milicien parachuté ! ..........................................................374 

Nos Chefs militaires ...............................................................378 

Annexe IV- Conclusions ........................................................381 

Que serait-il arrivé si HITLER avait gagné la guerre ! ............381 

Annexe V- La Croix de Guerre de Portes-lès-Valence ...........383 

Le Chant des Partisans ...........................................................386 

Michel PLANAS ....................................................................387 

Jean ABONNENC .................................................................388 

Roger MAISONNY…............................................................388

Patrick MAR TIN ...................................................................389

Anne-Sophie LAPRA ............................................................390 

Mehdi BENHLAL .................................................................391 

Photos, rajout 2008 .................................................................393 

 

Page 106 : 

Voici la liste complète des membres de notre unité du 15 décembre 1942 au 4 septembre 1944. Membres, nom et prénom 8° Compagnie du 2° Bataillon FFI Centre-Drôme 

GROUPE FRANC et COMPAGNIE René LADET De PORTES-LÈS-VALENCE DROME.  

1          AGERON Michel 

2          ANSINELLI Joseph 

3          AURELLE Louis 

4          BAUD Jacques 

5          BARD Paul 

6          BEAUFRETON Alexandre 

7          BEBERT 

8          BERGERON Achille 

9          BERGERON Jean  

10        BERNARD Jean 

11        BIARAT Louis 

12        BLANC Camille 

13        BLANC Louis 

14        BLANC Madeleine 

14        BLANC Suzanne 

16        BOYER Francis 

17        BOYER Simon  

18        BRAVAIS Edouard 

19        CATY Maurice 

20       CHALENCON Paul 

21        CHAMP Paul 

22        CHANSON Guy 

23        CHARLES Georges 

24        CANTELLI Aimé 

25        COLLUS Georges 

26        CHAVE René 

27        CHAVE Willy 

28        DELBOUYS Maurice 

29        DEMANDIER René 

30       DENIS 

31        DUFOUR Aimé 

32        DUPRE Pierre 

33        DOUZET René 

34        DREVETON Octave 

35        FERRIER Léonce 

36        F LANDIN Auguste

37        GARDE Elie 

38        GAGNOL Roger 

39        GRESSE Gérard 

40        JASSOUD Odette

41        JOLLAND Marcel 

42        LADET Charles 

43        LADET Jeannette

44        LADET René

45        LAMELOISE Alexandre

46        MARACCINI Jean 

47        MEYSONNAT Jean 

48        MOURIER André 

49        MOURIER Marcel 

50        MORIN Maurice 

51         NURY Paul 

52        PORTALLIER Georges 

53        ROBIN Albert 

54        ROURE Gaston 

55        SALIER Paulette 

56        SANTELLI Dominique 

57        SANTELLI Paul 

58        SIMERY Elisée 

59        SPINOSI Jean 

60        SPORTELLI Renée 

61        VALLON René 

62        VINCENDON Georges 

Page 108 : en décembre 1943 

Le maquis Barbu à Combovin reçoit également des armes ; il abrita pendant quelque temps un camp d’instruction, dirigé par le lieutenant Guigou

Page 147 : 8 juin 1944 

UN SABOTAGE et LE GROUPE PREND LE MAQUIS 

 8 juin à 1 h 40, sabotage des voies ferrées au Km 630. 

Interruption du trafic onze heures. 

8 juin 1944 à 6 heures : départ ; le Groupe rejoint son camp au pied du plateau de Combovin, dans une bergerie, depuis longtemps reconnue. Je me rends au P.C. du Commandant L'HERMINE à la ferme BELLE. Il y a là, beaucoup de monde le Capitaine JEAN (RUEFF), le Lieutenant MOURGUES alias JULIEN, MARC alias La Cloche, etc. Le Lieutenant LEGRAND est en inspection du secteur. Je donne l'effectif du Groupe, soit 43 hommes au camp, plus 22 sédentaires à Portes-Beauvallon. 

Nous percevons notre armement soit : une mitrailleuse légère, 4 fusils-mitrailleurs BREN, des mitraillettes STEN, des fusils anglais et allemands, des grenades défensives, cinq revolvers genre COLTS, des munitions ainsi que des pansements de première urgence.

Notre ami MARC, dit La Cloche, responsable de l'armement me dit : «S'il te manque quelque chose, n'hésite pas à venir me voir». Ce MARC est un garçon formidable ; arrêté par les Allemands à Taulignan, lors d'une livraison d'armes, il est dirigé vers l'Allemagne. Il s'évade du wagon et revient rejoindre la Résistance dans la Drôme. Il a réalisé pas mal d'actions en 1943 1944, avec les FTP et l'AS ; il avait des copains partout. 

Hélas, il nous a quittés, emporté par une douloureuse maladie, quelques années après la fin de la guerre. 

Au camp, nous commençons l'instruction sur les armes. Les tours de garde sont organisés ainsi que des patrouilles. Je prends contact avec Marcel MERMOZ, responsable de la Communauté BARBU, replié à la ferme St Raymond, ou l'on accède par une route partant du village de Combovin, en suivant une vallée, sous le plateau Marquet MERMOZ est bien organisé, ses hommes sont armés et connaissent parfaitement le secteur. Nous faisons des échanges, saucissons-conserves, contre lait, beurre et quelques légumes. 

Ayant fait une reconnaissance complète des environs du camp, je me rends compte que notre position est peu défendable, en cas d'attaque ennemie. Nous sommes adossés à la montagne, les points d'appui ne sont pas surs, nous risquons d'être surpris par une infiltration par les parties boisées ; il est préférable de tenir les hauteurs. De plus, l'avion mouchard allemand nous survole assez bas à plusieurs reprises. Par deux fois, une patrouille allemande est signalée au croisement des chemins Barcelonne - La Baume, donc près du camp. 

Je prends sur moi de quitter ce camp trop vulnérable. Le 11 juin au matin, nous faisons mouvement vers le plateau de Combovin. Nous nous installons à la ferme BOISSONNIER Firmin à côté de Mourras. Le brouillard très dense enveloppe tout le plateau, ce qui ne facilite pas notre marche. MERMOZ, avec trois de ses hommes, nous donnent un coup de main ; avec un traîneau tiré par une paire de boeufs, il transporte notre ravitaillement en plusieurs voyages. Ma décision de quitter notre premier camp, au flanc de La Raye, a été critiquée dans un premier temps, puis comprise par la suite. Nous allons voir que les événements m'ont donné raison. 

Nous nous sommes repliés dans un maquis avec la seule intention d'avoir une base de repli, après des coups de main dans la vallée du Rhône, et également pour entraîner des groupes de sabotage, des Corps franc à la guérilla, où j'ai pas mal d'idées à réaliser. Nous sommes tout disposés à faire profiter de notre expérience, les groupes francs des unités voisines, si l'Etat-major y consent.

Bien entendu, nous participerons à la défense du secteur et nous obéirons aux ordres du Chef Départemental F.F.I.  

Page 162 : le 22 juin 1944

J’envoie CATY avec sept hommes faire une reconnaissance sur la crête, vers Combovin. Du côté de la vallée, vers la ferme Saint-Raymond, tout parait calme. MERMOZ a dû prendre ses dispositions défensives. 

Page 167 : le 22 juin 1944

Le lendemain, lorsque madame FAURE est passée, assise sur la banquette de la charrette qui transportée le cercueil de Lucien, Marcel MERMOZ tenant le cheval par la bride et marchant au pas de la bête. 

Page 189 : 28 juin 1944 

DIX GAMONS EXPLOSENT ! 

Alors que nous allions prendre nos emplacements de combat, il se produit une violente explosion. Le sac de dix gamons que porte SIMERY a sauté ! Elisé SIMERY est tué sur le coup, son corps est déchiqueté par l'explosion. 

Alexandre BEAUFRETON, Edouard LECAM, Léonce FERRIER sont blessés ; deux autres hommes sont plus légèrement touchés. Je suis gravement blessé car j'étais à un mètre cinquante de SIMERY; je lui expliquais la position qu'il devait occuper avec ses camarades. Je suis K.O. perte de l’oeil droit, traumatisme crânien, tendon de la cheville droite sectionné et de très nombreux éclats aux membres inférieurs. J'ai perdu connaissance. 

Les jeunes Sous-Lieutenants Gérard LEH MANN et Michel PLANAS, qui font leurs études de médecine, nous soignent et nous protègent de leur corps à chaque passage des chasseurs allemands qui nous mitraillent, 

J'ai de courts instants de lucidité et je comprendre que l'on est assez inquiet sur mon état. Ce pessimisme de PLANAS et de LEHMANN me trouble. J'ai le temps de passer le commandement de la Compagnie au Sous-Lieutenant Dominique SANTELLI alias Bruno, en lui demandant de poursuivre le combat jusqu'à la victoire, d'embrasser pour moi ma famille et ma fiancée ; puis à nouveau c’est le trou noir. (Je ne reprendrai connaissance que le 1er juillet à l'hôpital de Die).

J'ai appris, par la suite, que l'on m'avait descendu à la ferme de St Raymond, que MERMOZ et ANSINELLI m'avaient veillé toute la nuit, que le lendemain 29 juin, la camionnette, qui avait transporté le corps d'Elisé SIMERY au cimetière de Combovin, est venue me prendre, pour me transporter, ainsi que les trois hommes blessés de ma Compagnie, à l'hôpital de Die où nous sommes arrivés le 30 juin dans la soirée, après avoir passé la nuit à l'infirmerie de l'Escoulin. 

Dès notre arrivée à l'Hôpital de Die, nous avons été opérés par les docteurs RIGAL et LAIGLE, tous deux chirurgiens à la Clinique St Joseph à Valence. Ces deux médecins ont rejoint le Maquis le 6 juin 1944. Avant cette date, ils étaient dans la Résistance et soignaient nos blessés à la Clinique St Joseph ou ils les camouflaient. 

Je tiens à souligner le courage et le patriotisme de ces praticiens, des infirmières également, qui n'ont pas hésité à prendre des risques énormes, pour se mettre sans restriction, au service de leurs amis de toute la Résistance. 

A mon réveil, je suis d'abord très surpris de me retrouver dans un lit et surtout dans des draps blancs. Je ne sais où je suis. 

La bonne figure de notre jeune ami Edouard BRAVAIS me rassure. Il était à mes côtés depuis mon arrivée. . . 

Des extraits de Ils ont refusé de subir 

René Ladet

 

Pour aller plus loinPour m'écrire

 

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (2)

monpuzzle

Bonjour,
J'espère que vous trouverez dans ce livre quelques informations sur le parcours de votre père, et c'est bien le but de ce site : partager.
Suite à la lecture du livre, pouvez-vous faire profiter les autres chercheurs de vos découvertes ?
C'est l'objectif que je me fixe et je vous invite à y participer, merci
Michel Chaudy

JOLLAND Claude
  • 2. JOLLAND Claude | 02/02/2016

je recherche des informations sur le passé de résistant de mon père JOLLAND marcel pseudo Jomard . Chose très difficiles vue le nombre de compagnie et les mutations constante d'un lieu à l'autre.
je vais me procurer ce livre car il m'à l'air plein de renseignements qui vont me permettre d'avancer dans mes recherche.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau