L'Entente communautaire

 

L’Entente Communautaire

 

L'Entente Communautaire créée en 1947 est une fédération nationale regroupant les Communautés de travail existantes ou en projets.

Marcel Barbu n'aura pas réussi, pendant son mandat de députer en 1946, à faire voter les lois sur la reconnaissance légale des Communautés de Travail. Il continue le combat, car il ne peut y avoir qu'une seule Communauté de Travail, il faut propager les idées nouvelles en même temps que la création du deuxième échelon : la Cité Communautaire.

Le Rassemblement Communautaire 1946-1949

En s'appuyant sur les moyens de la première Communauté de Travail, Marcel Barbu crée, début 1946, le Rassemblement Communautaire Français - RCF, ouvert à toutes personnes ou structures s'engageant à participer à la révolution communautaire.

Le siège du RCF est au 41 rue Montplaisir à Valence avant de déménager à la Cité Donguy-Hermann. Les membres doivent avoir une démarche militante. Un bulletin « Communauté » est mis en place. Le RCF prend fin en 1949 en même temps que la Cité Donguy-Hermann. La Communauté de Travail Boimondau n'adhérera pas au RCF.

L'Entente Communautaire

Avec Gaston Riby, Marcel Mermoz crée en 1947 l'Entente Communautaire dont l'objet est d'aider la création de nouvelles Communautés de Travail. L'Entente Communautaire bénéficie du soutien de Boimondau et de quelques nouvelles Communautés. Marcel Barbu participe aux premières réunions et la Cité Donguy-Hermann envisage d'y adhérer en 1949.

C'est l'Entente Communautaire qui négociera le rachat des locaux de la Cité Donguy-Hermann lors du dépôt de bilan en 1959 avec l'aide de l'Organisation Internationale pour les Réfugiés - OIR. Les aides de l'OIR à l'Entente permettront le démarrage de la Cité Horlogère qui a pour vocation l'intégration de réfugiés étrangers après une formation au Centre Horloger des hautes Faventines à Valence.

Après le succès des Communautés à Valence, l'Entente a permis le développement de nouvelles en France mais aussi en Belgique et en Suisse.

A part les deux premières communautés de travail : Boimondau à Valence et Le Bélier qui ont rédigé une règle et l'acte de constatation, les nouvelles communautés de travail doivent adhérer à la Charte des Communautés de Travail rédigée par l'Entente Communautaire. Cette charte est beaucoup moins contraignante que la Règle Communautaire qui était une référence pour toutes les communautés, mais aussi très différente dans chaque application.

L'Entente reprendra le bulletin « Communauté » à la suite de la disparition du RCF

L'Entente Communautaire était membre de la fédération des SCOP. C'est au début des années 70, que l'Entente se dissoudra dans la Fédération des SCOP.

Amis chercheurs ! Lire la suite ->

Pour aller plus loinPour m'écrire

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau