Sannois, Hier et aujourd'hui

André CANCELIER et Denise PAULARD

CANCELIER, André et PAULARD Denise

SANNOIS, Hier et aujourd’hui

Éditions du Valhermeil

Décembre 1993

184 pages

 

 

 

Il aurait été difficile de faire un livre sur la commune de SANNOIS (Val d’Oise) sans parler des réalisations de Marcel Barbu.

Nous allons découvrir comment ont été perçues ses actions.

 

Pages 134-135 :

Début 1955, suite à la dissolution du Conseil municipal par le préfet, Marcel Barbu lance la liste Ligue communale de Sannois : « Cet homme convaincu et généreux se fait le chantre du mal logés. Il veut acquérir des terrains sur lesquels il fera construire des pavillons en accession à la propriété pour les gens de situation modeste. Il construira ainsi à Sannois une dizaine de lotissements ».

« Mais il soulève des tempêtes qui agiteront la population et le conseil municipal à maintes reprises. Tout le monde est d’accord avec lui sauf lorsqu’il réclame les acquisitions de terrain au moyen de la déclaration publique, donc de l’expropriation. Il deviendra la bête noire des agriculteurs, maraîchers pour la plupart, et provoquera la division du conseil ».

« Combattant énergique il édite La Commune de Sannois, fait la grève de la faim et se présente même candidat à l’élection présidentielle ».

« Bilan : il a soulevé les passions, mais il a logé beaucoup de familles à Sannois et dans d’autres communes, et ceux qui l’ont suivi ont fait d’excellentes affaires car ces pavillons valent maintenant de petites fortunes ».

 

Page 137 :

« Mais la difficulté la plus importante est due à la crise du logement devenue aiguë, insupportable ».

« …Et voilà que Marcel Barbu s’est installé à Sannois. Avec une ardeur inlassable, nous l’avons vu, il s’est lancé dans la constitution de petites sociétés immobilières qui groupe un nombre variable d’adhérents, peut-être entre 12 et 80. Ses amis prospectent des terrains et y établissent les plans de lotissement pour construire des pavillons destinés à des familles à des familles de ressources moyennes, parfois plutôt faible ».

« … Monsieur Barbu se met à faire la grève de la faim, dans sa voiture, ou chez lui. Les journaux s’emparent de cette tragi-comédie. Ces affaires parviennent à leur apothéose en 1958 à l’approche des élections municipales de 1959 ».

 

Page 138 :

« … La construction de 144 logements des buissons est un exemple des conflits avec Barbu. La municipalité décide de ce programme, mais l’ACGIS de Barbu est déjà propriétaire de quelques parcelles. C’est la guerre ».

« Barbu traine l’affaire devant le tribunal administratif. Son journal La Commune de Sannois invective Lespes et ses représentants au conseil municipal le harcèlent. Comme dans les autres cas, cela se termine par un compromis ».

 

Pages 144 :

« Les projets se succèdent : … et les demandes de déclaration d’utilité publique par l’ACGIS pour d’autres programmes : Pré-Brochet, Chapeau-rouge, Dix Arpents, etc. ».

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

monpuzzle

Bonjour,
Merci pour votre message.
Vous pouvez utiliser les contenus de mon site en faisant référence aux sources : chaque articles, documents, images, utilisés.
D'accord pour tous autres collaborations.
Cordialement
Michel Chaudy

JC Casalegno
  • 2. JC Casalegno (site web) | 31/03/2017

Vous avez fait un superbe travail sur l'expérience Boimondau
Serait il possible de passer un article dans notre webzine lu par 20 000 cadres et dirigeants
et pourquoi pas intervenir dans une série de webconférences que nous allons lancer prochainement

JC Casalegno
Enseignant Chercheur
Groupe ESC Clermont

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau